Homme d’Afrique : Soundiata Keita

A l’inverse du discours de Dakar, de Nicolas Sarkozy le 26 juillet 2007, qui annonce que l’Africain n’est pas assez entré dans l’histoire, moi je sais qu’il a tort.

Soundiata Keita, est par exemple un personnage phare de l’histoire africaine. Tout comme Kunta Kinté. Par ailleurs, c’est à cette époque que la première déclaration des droits de l’Homme  la Charte du Manden a été réellement créée.

Soundiata Keita, roi de l’empire mandingue raconté dans le film Keita! l’héritage du griot de Dani Kouyaté réalisé en 1994.

 

 

 

 

Femme caméléon : visage clair et mains noires

Quand nos mains et nos pieds nous trahissent.

csmahaxxeaan-ad

Image trouvée sur Google

 

Mon frère et moi avons les pieds et les mains clairs. Or, notre visage est plus foncé. Notre peau n’est pas uniforme. Comme la plupart des peaux noires.

Dernièrement, j’étais avec ma mère au salon. Elle me contemple comme d’habitude de haut en bas. Là, viens cette remarque :

« Tes mains et tes pieds sont clairs. Au moins on ne va pas t’accuser d’avoir mis du produit. »

C’est pas la première fois qu’elle me dit ça. Ma mère s’est tartinée le corps avec des produits durant sa jeunesse, par conformisme social. Les produits, ce sont les crèmes éclaircissantes. Par contre, à l’heure actuelle, ce qui me stupéfait c’est qu’elle a une très belle peau. Un teint lumineux, clair, uniforme dû à sa crème fétiche  « Avène, YsthéAL Anti-âge, rides,éclat ».

Le seul hic, c’est la couleur de ses pieds et ses mains. Trop noirs par rapport à son visage. Trop noirs car c’est tout simplement le revers de la médaille des produits éclaircissants. Très souvent les coudes, les pieds, les mains et les phalanges « ne prennent pas » face à cela.

Ce détail gâche tout.

Justice pour Théo : quand L’Obs minimise un viol

 

Justice pour Théo

logo-republique-francaise

Les violences policières on n’en veut plus et surtout on n’en peut plus ! L’été dernier c’était l’affaire Adama Traoré. Aujourd’hui, c’est l’affaire Théo. L’affaire de trop. Théo est un jeune homme, noir, de 22 ans. ( Je précise noir car lors  de son témoignage, Théo a dit qu’il a été insulté de « bamboula ».). Il a été violé par un policier et brutalisé par trois autres policiers à Aulnay-sous-Bois.

Le viol impardonnable

J’emploie le terme « violé » car un policier a été mis en examen dimanche 5 février pour viol. Si j’insiste sur le mot « viol »,  c’est parce que certains médias, dont L’Obs qualifient ce viol à des blessures.  Encore ce matin. Or, le juge a estimé qu’il s’agit effectivement d’un viol dimanche. A priori, là on peut utiliser le mot viol.

Pour rappel, le policier en question a introduit une matraque dans l’anus de Théo d’une profondeur de 10 cm. Lorsqu’on blesse quelqu’un cela peut être involontaire. Pas un viol.

La loi française affirme :

Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol.

Le viol est puni de quinze ans de réclusion criminelle. »

Comme ça c’est dit.

Moi contre L’Obs

Sur Facebook, je suis pas mal de pages d’information dont L’Obs. Ce matin, le community manager de cette page m’a énervé. Il a publié un article qui décrit l’avocat de Théo en y ajoutant ce statut :

image2

Capture d’écran.

J’ai commenté ce statut. Visiblement ma colère n’est pas passé inaperçue.

image1

Capture d’écran

Comme vous pouvez le constater mon commentaire a été très virale. C’est spontanément que j’ai écrit ce commentaire sans penser qu’il allait engendrer autant de likes. L’Obs  a rétorqué : « C’est à la justice de qualifier les faits, pas à nous. »

Tout ça pour dire, justice pour Théo. C’est l’essentiel.

Kunta Kinte : le guerrier mandingue

Kunta Kinte est le personnage emblématique  de la série Roots ( Racine en France).

img_20170109_212904

LeVar Burton alias Kunta Kinté.

Diffusée la première fois aux États-Unis en 1977, Roots a été applaudi. 9 Emmy Awards remportée et elle est encore aujourd’hui « la troisième meilleure audience de tous les temps à la télévision américaine pour un épisode de série […] ». Cette mini-série traite essentiellement de l’esclavage au XVI ème siècle et toutes les choses qui vont l’envenimer notamment : la secte raciste le Klux Klux Klan.

Qui est kunta kinte ?

Ceci n’est pas une légende.

Kunta Kinte  existe. Même si, effectivement,  dans la série il y a des séquences qui sont inventées. Né en 1750, à Juffure, la Gambie actuelle, Kunta Kinte est le fils de Binta et Omoro. Mandingue et musulman, il devient un esclave dans une Amérique sans pitié envers les noirs.

Le remake roots 2016

img_20170109_212744

Le Kunta Kinté version 2016.

Auparavant,  je n’avais jamais regardé un épisode en entier de Roots version 1977. C’était plutôt des petites séquences très dure à accepter. La chaîne Numéro 23  diffuse depuis début janvier ce remake.. Les épisodes n’ont rien à voir avec  la version initiale. Le remake est légèrement plus soft , peut-être un peu moins violent.

La série est  très pédagogique. On apprend comment les esclaves vivaient durant cette période. Même si tout n’est pas dit. Au début, Kunta vit sereinement dans un petit village d’Afrique de l’Ouest. Il est amoureux de Fanta. Kunta est capturé, Fanta aussi. Puis, ils sont  enfermés dans un bateau destination l’ Amérique pour travailler en tant qu’esclave. Le début est très pertinent car on explique pourquoi on arrache un homme noir de son cocon familiale.

12 Years a Slave, Birth of a Nation, Django ces  films sont aussi à regarder. Ils montrent la réalité sur l’esclavage sur un écran pour ne jamais oublier cette souffrance infligée par les hommes.

le Racisme toujours présent

Depuis des lustres les noirs sont victimes de racisme.

Encore en 2017, le racisme persiste. D’ailleurs, un jour une fille m’a dit « être raciste c’est un droit ». Cette phrase m’a anéanti. Je ne savais pas quoi penser. Donc je n’ai pas répliqué à sa bêtise.

Heureusement, tout le monde n’est pas raciste dans ce monde !

Foot avec la Can 2017

1,2,3 Viva la Can 2017 !

logo-can-gabon-2017

La  Can 2017 débute ce samedi au Gabon. Un mois de compétition qui va faire vibrer tout le continent africain .

Peine, tristesse, joie et amour : un menu riche sera livré à chaque match. Parole d’amatrice de football !

Je suis toute enjouée à l’idée de suivre cette compétition. C’est l’ambiance qui est magnifique! L’été 2016, avec l’Euro à Paris c’était géant! Malgré la défaite de la France face au Portugal, j’ai vécu à 100 % la compétition. D’une part, en tant que vendeuse à la fan zone et d’autre part, en ne manquant aucun match de la France.

20160710_223704

Fan-zone de Paris … à 50 secondes du but qui va faire bouder toute la France

Pourquoi ne pas rater la Can 2017 ?

  • La Can, c’est rien que du foot mais tout le monde devient fou 🙂 .
  • Bars ou restaurants tout les supporters sont là.
  • La diaspora africaine en France se rassemble pour défendre sa nation.

Que le meilleur gagne !  Kany 

 

Sexy ou vulgaire : attention aux yeux !

Sexy et vulgaire, sont deux mots opposés. Deux mots qui transgressent certaines limites, parfois.

Blac Chyna, la star américaine avec un legging.

©Steve Ginsburg keith@ginsburgspalyinc.com
ginsburgspalyinc@gmail.com

L’une de mes phrases préférées est « je suis à l’aise avec moi même ». Par contre, quand je passe dans certains endroits notamment à Saint-Denis ou Gare du Nord dans ma tête c’est WTF*!

Cette onomatopée définit mon étonnement. Bouche bée, mes « sœurs noires » ont franchit le stade du sexy pour la vulgarité. Une vulgarité gênante pour mes yeux mais, sans aucun doute agréable et piquante pour de nombreux hommes.

Analyse :

  • A Saint-Denis, la ville des fameux « collant-collés », comme dirait Dj Léo : « entre celui qui a crée l’avion et le collant qui est le plus dangereux? C’est le collantier. ». Porter un legging quand on a un gros postérieur c’est à bannir. Oui à bannir ! C’est trop vulgaire. Certes, tout le monde verra votre derrière et voudra probablement vous accostez … du moins les hommes, mais le legging n’est pas un PANTALON !

Pensait-elle être sexy?

Chacun a sa propre définition de la vulgarité. Mettre un décolleté énorme pourrait être vulgaire, d’autres penseront qu’au contraire porter un legging quand on a un gros postérieur n’est absolument pas vulgaire. La vulgarité, c’est une attitude volontairement provocante. Insulter, c’est aussi être vulgaire. Tandis qu’être sexy, c’est être attirante, élégante.

Les conseils ici pour être sexy sans toucher à la vulgarité.

*WHT : what the fuck  peut-être définit comme c’est quoi ce bordel en français

Kehinde Wiley : le peintre de L.A

Les peintures de Kehinde Wiley sont magnifiques. Ses oeuvres d’art racontent une histoire. C’est en novembre dernier, que j’ai découvert l’univers de Kehinde Wiley au Petit Palais, à Paris. Telle une touriste, je me pavanais avec mon appareil photo et mon portable pour prendre des photos. Au final, les photos seront uniquement prises avec mon portable. Aux oubliettes l’appareil photo!

 Kehinde Wiley, Lamentation : Grâce à un casting de rue, des individus de peau noire ou métisse, excluent « des représentations du pouvoir » de la société américaine deviennent des muses pour le peintre. L’identité noire, la culture populaire et la puissance sont exprimées dans ses peintures.

20161119_1646491 20161119_1644491 20161119_1644271 20161119_1648361 20161119_1647451

Benda Bilili : eza* très très fort !

En ces jours pluvieux et venteux, rester au chaud chez soi est la solution idéale. J’en ai profité pour regarder Benda Bilili. Sans vouloir jeter des fleurs aux réalisateurs, ce documentaire est totalement G É N I A L I S S I M E !19481047

Benda Bilili, l’histoire

Benda Bilili, c’est un orchestre originaire de la République Démocratique du Congo. Le groupe est composé essentiellement de membres atteint de la polyomyélite. Doté d’une force impressionnante et d’une motivation inimaginable, le Staff Benda Bilili me fait vibrer de plaisir.

Ce documentaire retrace le parcours de ces musiciens. On découvre comme eux un talent : Roger. Un génie de la musique. Jeune garçon errant dans les rues kinoises, il joue du satongue. Son destin se transforme. Une rencontre provoquée par les réalisateurs entre Papa Ricky (le leader du groupe) et Roger va faire de lui, une nouvelle recrue du groupe.

Répétitions, enregistrements, malchances, incendie : l’aventure pour le groupe semble compromise. Un an plus, tard leur album est produit. Succès garantit !

Benda bilili au quotidien

sbb_artist_pic_2013_01

Benda Bilili, c’est plus qu’un simple documentaire. C’est une prise de conscience sur leur vie kinoise. La misère des enfants shegueyleur maladie, la souffrance et la joie y sont exposées. À travers leurs chansons, Polio notamment, on ressent leur message : le manque de vaccin à Kinshasa.

Kinshasa la belle. Le jour et la nuit elle abandonne ses sheguey. Ces enfants de la rue livrés à eux même qui mendient et volent pour pouvoir survivre. À défaut de quoi, ils récoltent des dollars en poussant les tricycles des Benda billili.

Entre peine, joie, amour, musique, persévérance et courage ce film nous fait ouvrir les yeux : il faut toujours garder espoir !

* Eza : c’est

Il était une fois, les Vines

C’était 6 secondes de rire. C’est désormais la fin des Vines.

J’ai appris cette triste nouvelle sur Twitter. Vine, ancienne filiale de Twitter, n’existera plus. Plus jamais.

20161028_100932

Mon mémoire de recherche sur les Vines en 2015. Oui, je suis nostalgique.

En ce moment, tout disparaît. Apple annonce que l’Iphone 4 sera obsolète dès le 31 octobre et là, c’est Twitter qui met une croix à Vine. Bon, tant pis. Toutes les choses ont une fin.

Description du Vine :

Les vines s’étaient des vidéos sociales de 6 secondes avec un storytelling précis. Partagées et diffusées en boucles sur les réseaux sociaux, cette application a été le propulseur de nombreux talents : Jérôme Jarre, Jaymax, Noah Lunsi ou encore Sacko The Comedian. La créativité de ces vineurs leur a permis de passer de l’individu lambda à des personnalités reconnues.

Souvenez-vous lors de mon entretien avec Sacko The Comedian:

« Moi : Pourquoi as-tu choisi le format Vine plutôt que Youtube ? 

S: « Je pense que les vines c’est mieux parce que tu as un laps de temps. T’as 6 secondes pour faire rire quelqu’un. Alors si tu y arrives ça veut dire que t’es fort. 6 secondes pour faire rire quelqu’un c’est pas donné à tout le monde. D’autant plus qu’ avec les vines c’est  beaucoup plus rapide et facile. On peut le faire n’importe où et n’importe quand dans le métro par exemple. »

Adieu, Vine.

 

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

Ma collection d’Adichie.

523 pages. C’est la première fois que je lis un roman aussi long! Pourtant, les nombreuses pages ne m’ont absolument pas découragé. 523 pages où on voyage et on savoure une histoire qui nous fait transporter dans trois pays : le Nigéria, les États-Unis et l’Angleterre.

Americanah est le troisième roman de Chimamanda Ngozi Adichie. Traduit en 30 langues et récompensé par de nombreux prix, l’auteure donne du renouveau à la littérature africaine.

Qu’est-ce que une « Americanah »?

Je vais vous le spoiler. Comme les fans de The Walking Dead n’arrêtent pas de spoiler la série depuis ce début de semaine, alors pourquoi pas moi? 🙂 Une americanah est une fille qui quitte le Nigéria pour s’installer aux États-Unis. Après avoir vécu un certain temps au Nigéria, elle s’américanise. Dans ce roman, l’americanah est Ifemelu.

– Chapitre XVII , p.199 :

 «  Ifemelu décida de cesser de prendre l’accent américain un jour ensoleillé de juillet, le jour où elle rencontre Blaine. Un accent convaincant. Elle l’avait perfectionné en écoutant avec attention ses amis ou les présentateurs des informations, avec les t voilés, le roulement crémeux des r, les phrases qui commençaient par « donc » et la réponse susurrée « Oh, vraiment », mais c’était un acte conscient, un acte de volonté. »

Peut-être s’américanise-t-elle un peu trop? Ifemelu, personnage principale du roman quitte le Nigéria pour poursuivre ses études chez Tante Uju à Philadelphie. Obinze, son amoureux, n’est pas inquiet. Il va la rejoindre. Visa refusé, il tente sa chance en Angleterre. Expulsé, direction Lagos. Il travaille désormais dans les affaires. Le contact entre les deux amoureux est rompu. Quant à Ifemelu, après plusieurs galères elle devient une blogueuse très sollicitée dans le milieu universitaire. En tant que noire, qui plus est africaine, elle analyse un racisme ordinaire dans cette amérique. Son blog Raceteenth traite des problèmes de races aux États-Unis.

L’auteure nous fait prendre conscience que quitter son pays natal pour se « chercher » en Amérique n’est pas chose facile. En effet, au Nigéria, Ifemelu ne se posait pas la question d’être noire. Tandis que, dans le pays de l’oncle Sam, la race et la classe sociale ont une importance considérable dans la société.

Discrimination à l’embauche, racisme : il faut s’adapter. Perdre son accent africain? Perdre son identité pour mieux être intégré dans la société? Ifemelu rentre chez les siens.Quinze ans aux États-Unis et toujours une Amérique meurtrie par les problèmes raciales.

Je vous recommande ce roman entre rire et questions sociétales vous allez être servi!